Top
  >  Ile Maurice   >  Trapèze des Mascareignes : mieux connaître l’île Maurice
les saisons cycloniques à l’île Maurice

Découvrir les saisons cycloniques à l’île Maurice

Dans l’hémisphère sud, et notamment sous les tropiques, il fait généralement beau toute l’année. L’île Maurice, une des îles du TRAPÈZE DES MASCAREIGNES, possède un climat relativement doux, permettant ainsi aux voyageurs de visiter la beauté et les merveilles de l’île. Malgré tout, il existe une saison hivernale qui s’étale de juin à septembre avec une température oscillant entre 17 et 25 °C. C’est une période agréable pour découvrir cette île paradisiaque. Les périodes les plus pluvieuses avec les températures les plus élevées se trouvent entre janvier et mars. Mais qu’en est-il pour les périodes cycloniques ?

Les cyclones à l’île Maurice

L’île Maurice avec ses îles voisines comme Madagascar, La Réunion, Mayotte, Seychelles et les Comores constituent le TRAPÈZE DES MASCAREIGNES. Toutes ces îles sont sujettes aux cyclones. Ces mauvais temps naissent de l’Equateur vers les tropiques lorsque les conditions sont remplies. En effet, les cyclones naissent dans l’eau de mer. Celle-ci doit atteindre 26 °C ou plus pour que l’air chaud puisse créer des masses de nuages et provoquer des pluies torrentielles. Il faut également qu’une dépression orageuse existe. La masse de nuages s’y greffera, l’air chaud en hauteur va être remplacé par l’air plus frais en bas, celui-ci monte à son tour en se réchauffant. C’est la force de Coriolis qui procure à ces mouvements la forme d’un énorme tourbillon. La présence d’un anticyclone en altitude favorisera l’installation du cyclone.

Particulièrement pour l’île Maurice, la saison cyclonique commence au mois de décembre et s’achève généralement en mars. Cette période est donc à éviter si on veut découvrir au mieux cette île. La plupart du temps, les cyclones passent juste à côté de l’île Maurice et se contentent seulement d’arroser celle-ci. Mais parfois, ils laissent des dégâts importants et difficilement réparables, surtout pour la flore et certaines infrastructures. Les hôtels doivent alors remettre aux visiteurs une notice sur les précautions à prendre en cas d’alerte. Ils existent quelques signes permettant de deviner l’arrivée d’un cyclone. Cela peut être l’absence de vent, un ciel rougeoyant et une mer d’huile. C’est exactement le calme avant la tempête.

Les diverses alertes cycloniques à l’île Maurice

Il existe plusieurs classifications des cyclones dans les îles du TRAPÈZE DES MASCAREIGNES et en particulier à l’île Maurice en fonction de leur puissance et de leur vitesse. Il y a avant tout ce qu’on appelle zone de perturbation qui est la région de basse pression par rapport à la région avoisinante. Le cyclone peut être classé comme une dépression tropicale lorsqu’il vient des eaux tropicales et accompagné de quelques indications de vents cycloniques. Ces derniers soufflent dans le sens des aiguilles d’une montre. Les rafales sont plus faibles avec une vitesse de moins de 89 km/h. Lorsque les rafales montent de 89 à 124 km/h, il devient une tempête tropicale modérée.

Ensuite, au-delà de 125 km/h, la dépression devient une forte tempête tropicale et la vitesse des rafales peut atteindre jusqu’à 165 km/h. C’est quand la vitesse des rafales dépasse de 166 km/h que l’on peut dire qu’il s’agit d’un cyclone tropical. Au-delà de 233 km/h, c’est un cyclone tropical intense. Durant et après le passage d’un cyclone à l’île Maurice, il est déconseillé de boire de l’eau du robinet. Il faut également être méfiant au restaurant. Durant ce mauvais temps, les coupures de courant sont très fréquents, ce qui pourrait impacter la conservation de certains aliments. Avant de venir sur l’île, il est recommandé de bien s’informer sur la météo de Maurice afin de mieux organiser le voyage.

post a comment